Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com








  
Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com

Actualités

M. MEDELCI relève à l’ONU que le financement du terrorisme est l’un de ses leviers les plus puissants

Mardi 20 septembre 2011

 

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Mourad MEDELCI, a relevé lundi devant l’ONU à New York que le financement du terrorisme est l’un des ''leviers les plus puissants'' qui encourage ce phénomène.

M. MEDELCI s’exprimait au Symposium sur la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme, tenu dans le cadre de la 66eme Assemblée générale de l’ONU, dont l’objectif est de permettre l’évaluation de la mise en oeuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies adoptée en 2006, et l’examen de la coopération internationale en la matière.

A ce propos, M. MEDELCI a indiqué que l’action développée par l’Algérie aux niveaux sous-régional, africain et au sein des Nations Unies, dans la lutte contre le fléau de la prise d’otages et de leur libération en contrepartie de paiement de rançons aux groupes terroristes, ''participe dans une large mesure à la lutte contre l’entreprise de radicalisation et d’incitation au terrorisme.''

En effet, a expliqué le ministre, ''cette pratique sinistrement lucrative constitue un appel d’air aux composantes les plus vulnérables et les plus démunies des populations, dont particulièrement la jeunesse dans certaines régions du monde à l’instar des pays de la sous-région du Sahel’’.

Dans ce sens, le chef de la diplomatie algérienne a considéré que les démarches de sensibilisation des pays membres et des organismes internationaux en charge de la lutte contre le terrorisme quant à la problématique posée par le paiement des rançons se sont, notamment, traduites par l’adoption de la décision, au sein de l’Union africaine condamnant cette pratique.

Cela s’est traduit aussi, a-t-il poursuivi, par l’adoption, au sein de l’ONU, de résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, ''qui ont amorcé un pas encourageant dans le sens de la prise en charge de cette question''.

Par ailleurs, il a déclaré devant l’ONU que l’Algérie saisit l’occasion de ce symposium pour réitérer sa plus ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes, y compris les actions qui ont pour conséquence directe ou indirecte son encouragement et son renforcement.

Il s’est ainsi félicité de l’accent mis par la résolution 1963 (2010) du Conseil de sécurité sur l’importance de focaliser les efforts sur la prévention, l’évaluation des menaces et des risques, ainsi que l’élimination des conditions de propagation du terrorisme à travers un suivi plus étroit de la mise en oeuvre de la résolution 1624 (2005).

M. MEDELCI a également souligné qu’il appuyait fortement la lutte contre le cyber terrorisme et l’utilisation par les groupes terroristes, des moyens de communication modernes dans leurs activités de recrutement et de radicalisation.

Abordant la coopération ''très suivie'' entre l’Algérie et l’ONU en matière de lutte contre le terrorisme, le ministre a affirmé que cela s’est traduit par la mise à disposition des Nations Unies d’une quantité consistante de matériel documentaire, d’archives manuscrites et audiovisuelles, ainsi que de production de courts métrages et de documentaires.

Sur ce point, a-t-il ajouté, la sensibilisation par le biais des supports médiatiques adaptés a, à travers les témoignages de terroristes algériens repentis, mis en exergue les résultats positifs, en matière de dé-radicalisation, de la politique de paix et de réconciliation nationale mise en oeuvre par l’Algérie depuis plus d’une décennie sous l’impulsion du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika''.

Cette politique a été consacrée, a-t-il rappelé, ''par la Charte de la paix et de la réconciliation nationale approuvée massivement par référendum populaire.''

Cette politique ambitieuse de réconciliation et de dé-radicalisation, a poursuivi M. MEDELCI, ''a connu un franc succès puisqu’elle a permis la reddition et le retour dans la société et l’intégration en son sein d’un nombre important de terroristes, de l’ordre de 10.000''.

Par ailleurs, M. MEDELCI a jugé que la nécessité de coopérer plus largement sur l’ensemble des volets de la lutte antiterroriste s’impose entre les pays directement concernés et les pays et institutions partenaires.

Dans ce sens, il a précisé que la Conférence d’Alger sur la lutte contre le terrorisme, tenue les 7 et 8 septembre entre les pays du champ du Sahel et prés de 40 autres pays et institutions internationales et régionales, ''met clairement en relief cette nécessité’’.

La conférence d’Alger, a encore indiqué le ministre, ''a été l’occasion d’enregistrer un consensus fort et un niveau d’engagement plus déterminé pour lutter efficacement contre ce phénomène qui concerne, malheureusement, l’humanité entière''.

 


Source: www.mae.dz

 

 

A propos

Bienvenue sur le site officiel de l’Ambassade de la République Algérienne Démocratique et Populaire à Tunis. Ce site vous informe sur les différents axes des relations bilatérales Algéro-Tunisiennes. Vous y trouverez également des informations sur la vie politique, économique et culturelle de l’Algérie. .

Contacts

Adresse : Rue du Lac d'Annecy, les Berges du Lac 1053 Tunis B.P.75

Email :ambdztn@yahoo.fr

Tel : +(216) 71.962.028, +(216).71.962.140,
+(216) 71.962.414, +(216).71.964.682
Fax : +(216) 71.961.929, +(216).71.964.718



Nombre de visiteurs :